SEO : une once de pratique vaut mieux qu’une tonne de theorie !

Le SEO est une science inexacte qui mérite souvent d’être pratiquée pour être parfaitement maîtrisée. En effet, entre ce que Google dit, l’interprétation que chacun peut en avoir et ce qui fonctionne réellement, il est difficile d’en tirer des conclusions exactes.

le-plus-grand-sondage-seo-francais-jamais-realise

De plus, il existe tellement de cas différents que cela empêche de certifier totalement une seule théorie. Et oui, ce qui marche pour l’un ne fonctionnera peut-être pas pour l’autre, c’est en ce sens que le SEO est un art ! Seules des hypothèses peuvent être avancées. C’est d’ailleurs souvent en regroupant et recoupant des expériences qu’on perçoit de réelles tendances.

Le SEO Search Engine Optimization n’est donc pas seulement un art, c’est également une science expérimentale. Cela semble logique finalement ! Pourquoi est-ce que Google serait totalement transparent sur la recette de son succès ? Vous imaginez McDonald’s vous dévoiler le secret de sa sauce Big Mac ?

A travers cet article, nous avons souhaité regrouper un maximum d’informations quantitatives menées par les acteurs du SEO pour vous partager en quelques minutes des années d’expérimentation. Cela vous aidera peut-être à mieux aiguiser votre interprétation des guidelines de Google, qui sait ?

Quelle est la définition du terme SEO ?

L’acronyme SEO signifie Search Engine Optimization en anglais. Cette expression fait référence à l’ensemble des actions et techniques qui agissent sur l’optimisation de la présence de votre site dans les moteurs de recherches. En d’autres termes, le SEO représente toutes les pratiques qui vous permettent d’améliorer votre positionnement sur Google sur des requêtes liées à votre activité.

seo-is-art

Alors qu’est-ce que le SEO ? Le SEO est un art ! Il doit être perçu comme tel car ses pratiques se basent essentiellement sur des expérimentations et des interprétations d’études de cas. Cette approche empirique ainsi que les mises à jours régulières de l’algorithme demandent aux consultants SEO d’être en constante évolution. La remise en question est essentielle afin d’empêcher les certitudes de s’inscrire dans le temps sur la définition SEO.

C’est pour cette raison que nous souhaitions récolter au sein d’un seul et même article la plus grande base de données d’informations pour que n’importe qui puisse analyser une tendance sur sa problématique SEO rencontrée. Au même titre que le SEO, cet article sera donc en constante évolution de data !

Le SEO est-il un canal d’acquisition de trafic ROIste ?

Avant toute chose, il est primordial de définir si le SEO est un levier pertinent et ROIste dans la mise en place de sa stratégie digitale. Doit-on se concentrer sur ce canal d’acquisition ou mettre ses efforts ailleurs ? La réponse ci-dessous !

quel-est-le-canal-d-acquisition-de-trafic-webmarketing-le-plus-roiste-a-long-terme

Le SEO est sans conteste le premier levier d’acquisition de trafic webmarketing, tant en volume (nombre de visites) qu’en conversion (ROI). Souvent négligé, parfois oublié, le SEO est la première source de trafic sur le web, le saviez-vous ? Attention néanmoins à ne pas tomber dans le piège de mettre tous ses œufs dans le même panier. Le SEO marche de pair avec les autres canaux et demeure souvent trop faible quand il est utilisé tout seul.

Sommaire de l’étude SEO

Découvrez sans plus attendre le sommaire de notre sondage SEO géant !

SEO ON-SITE

Découvrez dans cette partie tout ce qui touche aux aspects internes de votre site. De la technique à la sémantique, sans oublier l’expérience utilisateur et la conversion, nous passons tout en revue !

[Maillage interne] – Pensez-vous que l’on puisse être pénalisé à cause d’un profil d’ancres internes sur-optimisé ?

Nous abordons ici la problématique du choix des ancres dans votre maillage interne. Concrètement, peut-on optimiser de manière agressive ses ancres de liens pour améliorer ses performances SEO ?

Pensez-vous que l on puisse etre penalise a cause d un profil d ancres interne sur-optimise ?

Ce sondage SEO répond à 61% non contre 39% oui, ce qui démontre qu’une pénalité Google Panda pour ancres internes optimisées est davantage perçue comme un mythe qu’une réalité dans la pratique.

Avis Eskimoz : peut-on optimiser de manière agressive ses ancres de liens dans son maillage interne ?

Ceux qui ont connu les foudres de Google Pingouin sont sûrement traumatisés par les ancres. Et pourtant, les mesures prises sur les mêmes aspects SEO Google en interne (on-site) sont beaucoup plus souples. Nous sommes totalement en accord avec ce sondage car nous avons remarqué que pour subir une pénalité avec ce genre de pratique il fallait vraiment dépasser les limites. N’hésitez donc pas à être agressif sans, bien entendu, partir dans la démesure. Il ne faut pas exagérer !

Enfin, pensez comme toujours à diversifier vos ancres. Si Google est flexible avec des ancres optimisées, imaginez tout ce que l’on peut faire avec des ancres semi-optimisées !

[Contenu] – Pensez-vous que le contenu présent dans votre balise « En savoir plus » est pris en compte par Google ?

Nous nous sommes intéressés ici à l’interprétation de Google face au contenu dit « déplié » sur vos pages. Concrètement, est-ce que Google peut se servir d’un contenu qui ne serait pas visible au premier coup d’oeil par l’utilisateur pour accroître la pertinence SEO de votre page ? Voici les résultats du sondage SEO !

pensez-vous-que-le-contenu-cache-est-pris-en-compte-par-google

Avec 67% de réponses positives, nous ne pouvons qu’affirmer la prise en compte du contenu caché par Google dans ses critères de classement. On peut donc se demander si la théorie qui consiste à afficher exactement le même contenu à Google qu’à ses utilisateurs n’est pas compromise. Cela va-t-il durer ?

Avis Eskimoz : Google interprète-t-il encore certaines formes de contenu caché ?

Même si Google a été catégorique sur la question en exprimant une réponse négative lors d’une conférence de John Mueller (Webmaster Trends Analyst chez Google). Plusieurs tests ont prouvé que l’algorithme se servait toujours de ces contenus pour lire, interpréter et faire ranker vos pages. Entre nous, pourquoi Google se priverait d’éléments de votre page web capables de l’aider dans sa compréhension ? Petit bémol néanmoins à ceux qui s’en serviraient à mauvais escient avec une occurrence démesurée par exemple du mot clé, n’exagérez pas non plus…

J’ajoute que ce serait dommage de s’en priver car cela permet de conserver une bonne zone de flottaison pour afficher ses produits par exemple (clin d’œil aux E-Commerçants qui lisent cette article) tout en proposant un contenu optimisé SEO à nos amis les robots.

FONCEZ !

[URL] – La présence du mot-clé dans l’URL permet-elle de mieux se référencer sur celui-ci ?

Le paramétrage d’URL demande souvent un travail de fond d’URL rewritting (réécriture des URLs) aux référenceurs pour proposer des méthodes plus simples à Google. En effet, selon la technologie utilisée on peut facilement se retrouver avec des éléments inutiles et des URLs à rallonge. Et oui, encore un point sur lequel les SEO doivent repasser derrière les développeurs. Alors dans quelle mesure doit-on s’efforcer de placer son/ses mots clés dans l’URL ? Découvrez les réponses ci-dessous !

La presence du mot-cle dans l-URL permet de mieux se referencer sur celui-ci ?

Avec 75% de résultats positifs sur cette question une réelle tendance se dégage à l’avantage du premier choix. Avec 3/4 des réponses favorables à l’implémentation du mot clé dans l’URL les répondants ont tranché !

Avis Eskimoz : Faut-il systématiquement insérer le mot clé dans l’URL ?

Même si de nombreux tests montrent que cette donnée est loin d’être un critère prioritaire de positionnement pour Google, il semble pertinent et logique que les utilisateurs puissent trouver dans l’URL les mots clés liés à leur recherche. En effet, il est toujours préférable de donner un élément supplémentaire à ses futurs utilisateurs pour les conforter dans l’idée que la page en question est bien en lien direct avec la requête recherchée. On pense ici à l’augmentation du CTR et son impact indirect sur le SEO.

Pour finir, pensez à bien combiner ce critère avec la taille de l’URL par exemple. En effet, il vaux mieux une URL courte sans mot clé plutôt qu’une URL à rallonge (trop longue) avec les mots clés.

[HTTPS] – Quel est l’impact du HTTPS sur le référencement naturel d’une page ?

La sécurisation des sites devient un enjeu de plus en plus inévitable tant les pratiques illégales se développent. Alors au-delà de l’effet rassurant pour les utilisateurs, existe-t-il un réel impact SEO sur votre site ? Découvrez les réponses ci-dessous !

Quel est l impact du HTTPS sur le referencement naturel SEO d une page ?

Avec 64% de réponses en faveur du HTTPS on voit bien que ce sujet devient incontournable en SEO. Google avait déjà annoncé sur son blog en août 2014 que l’HTTPS aurait un signal positif et que ce critère ferait donc clairement partie intégrante de l’algorithme.

Avis Eskimoz : Le HTTPS est-il indispensable et demeure-t-il un critère prioritaire pour booster son SEO ?

Google souhaite proposer la meilleure expérience utilisateur possible à ses utilisateurs et cela passe obligatoirement par la sécurisation des sites qu’il propose dans ses résultats de recherche. Néanmoins, nous remarquons d’après nos tests que les effets SEO sont largement plus significatifs sur les sites avec possibilité d’acheter en ligne (E-Commerce) que sur les sites de présentations (Vitrine).

En effet, il est important de dissocier ces deux types de sites, car sans l’utilisation de données sensibles, a-t-on réellement besoin de se sentir rassuré ? De plus, nous constatons qu’il y a de plus en plus de failles, ce qui rend illégitime ce système, on pense notamment à la faille Drown qui devrait altérer le cryptage de 1/3 des serveurs.

Il est important de jauger le ratio changement en HTTPS / Gain SEO car pour un site avec plusieurs milliers de backlinks on notera que ces liens pointent vers la version en HTTP et donc que la redirection entre la version HTTP et HTTPS provoquera une dilution du jus.

La sécurisation des données devient l’un des principaux enjeux sur le web, aussi, dans un souci de long terme et d’anticipation, nous recommandons le passage en HTTPS. À noter que nous privilégierons ici le certificat avec la présence d’une barre verte dans l’URL par rapport au simple Cadenas qui semble rassurer davantage les utilisateurs.

Voici également deux études et guides pratiques en anglais sur le sujet à retenir.

[Méta description] – La méta description a-t-elle un encore un impact sur le SEO ?

Google a annoncé ne plus prendre en compte la balise méta description dans ses critères de classement alors qu’en est-il vraiment dans la pratique ? Les réponses ci-dessous !

La meta description a-t-elle un impact sur le SEO ?

Avec 57% de réponses positives, les répondants sont largement en faveur du potentiel des méta description sur les résultats SEO. On privilégiera donc ici des méta description optimisées et attractives pour les utilisateurs !

Avis Eskimoz : Faut-il optimiser sa méta description pour améliorer le SEO de sa page ?

Même si la méta description n’est plus prise en compte dans la mécanique de Google, elle l’est toujours pas les utilisateurs. Et si les utilisateurs trouvent votre méta description intéressante, vous aurez un meilleur CTR et donc un intérêt plus grand pour votre page. Ces critères étant importants pour bien se positionner, la réponse est donc définitivement oui : la méta description influence le positionnement de votre page dans les SERPs.

Voici un très bon cas pratique qui distingue parfaitement bien l’écart entre « ce que dit Google » et « ce qui marche dans la pratique ».

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin sur la configuration optimale de leur méta description, ainsi que sur les enjeux pour le SEO, voici deux liens pertinents sur ces sujets :

[International] – Quelle méthode privilégiez-vous pour une problématique SEO internationale ?

Les problématiques SEO internationales font toujours débat pour la simple et bonne raison qu’il n’existe pas une seule et unique solution. En effet, selon la stratégie de l’entreprise, on adaptera la méthode SEO adéquate. Alors quelles sont les principales tendances dégagées par cette question ? Les réponses ci-dessous.

Quelle methode privilgiez-vous pour une problematique SEO internationale ?

Le cloisonnement, qu’il soit sémantique, catégorique ou structurel a toujours été l’une des méthodes les plus puissantes en SEO. Les résultats de ce questionnaire affirment cette théorie avec 47% de réponses pour choisir une nouvelle extension. Il est clair qu’on aime particulièrement bien les choses carrées et bien rangées en SEO.

Néanmoins, attention à prendre en compte les notions de coûts et de durée car même si le cloisonnement est toujours la meilleure solution, il peut s’avérer plus long à mettre en place et plus coûteux. SEO = Long terme ? On est d’accord alors !

Avis Eskimoz : quelle structure SEO des URLs doit-on prioriser pour optimiser son référencement à l’international ?

Admettons qu’on dispose d’un nom de domaine sur lequel on a capitalisé depuis plus de 10 ans, dont la marque aurait une très forte puissance, et sur lequel on recevrait des dizaines de milliers de liens.

Ce site souhaiterait s’internationaliser dans 3 pays (France – Espagne – Angleterre) avec une offre et/ou un discours différent pour chacun d’eux, tout en sachant que pour chaque pays, le site devra être disponible dans plusieurs langues (Français – Espagnol – Anglais – Français), on pourra alors imaginer un montage « farfelu » avec les URLs suivantes :

  • France : fr.ndd.com, fr.ndd.com/en/, fr.ndd.com/es/, fr.ndd.com/de/
  • Espagne : es.ndd.com, es.ndd.com/en/, es.ndd.com/fr/, es.ndd.com/de/
  • Angleterre : en.ndd.com, en.ndd.com/fr/, en.ndd.com/es/, en.ndd.com/de/

Le bon sens veut que l’architecture des URLs soit « logiquement » articulée pour que Google comprenne parfaitement votre stratégie. Nous ne parlerons pas ici des balises Hreflang qui font partie des pré-requis SEO et à ne surtout pas oublier !

Chaque problème a sa solution même si nous devons bien reconnaître que la nouvelle extension permet d’empêcher complètement les erreurs de paramétrage et donc d’optimiser au mieux ses chances que Google comprenne de quelle langue il s’agit. Néanmoins, certains cas spécifiques -comme celui présenté ci-dessus- demandent d’analyser de près les différentes solutions qui s’offrent à nous.

En complément d’information pour les problématiques SEO internationales des sites e-commerces

Selon votre activité et le type de site (Vitrine, E-commerce, Marketplace etc…), les avis peuvent varier. Voyons donc ici quels sont les retours pour une problématique SEO internationale liée à un site e-commerce.

quel-serait-votre-choix-durl-en-seo-international-pour-un-site-e-commerce-classique

Avec 49% de réponses pour une extension différente et donc un nouveau nom de domaine, on peut comprendre ce choix par la complexité des catalogues produits et le volume de page. Même si cela demande de repartir à 0 niveau SEO, ce cloisonnement radical permet de garantir un référencement SEO géolocalisé durable et une meilleure compréhension de Google des langues.

Enfin, ce choix doit rester en totale adéquation avec votre stratégie car l’avantage de mutualiser ses ressources sur un seul et même NDD offre indéniablement des avantages financiers. De plus, si l’architecture de votre site n’est pas gigantesque et que vous ne commercialisez pas beaucoup de produits, alors conserver le même NDD peut sembler logique. Il n’y a donc pas de réponses fermes pour cette question et chaque problématique devra donc être étudiée pour prendre une décision adaptée.

Imaginez ne serait-ce qu’en termes de netlinking si vous êtes dans 10 pays différents, cela demande de multiplier ces frais par 10 sachant que certains pays sont bien plus onéreux que la France pour ce genre d’action.

Alors on décide plutôt de capitaliser sur un seul et unique nom de domaine ? Bon c’est vrai que la nouvelle extension est tendance quand même !

[Responsive] – Privilégiez-vous une version responsive ou un site mobile pour booster votre SEO ?

Le trafic mobile ne cesse de s’accroître et a même dépassé récemment le trafic desktop sur certains types de sites comme les médias. Les problématiques SEO liées aux mobiles se sont donc décuplées et aujourd’hui on fait face à deux grandes tendances qui sont la version mobile (m.ndd.com) et la version responsive. Alors quelle est la solution et la définition SEO la plus appropriée ? La réponse ci-dessous !

Privilegiez-vous une version responsive ou un site mobile pour booster votre SEO ?

Avec 54% de réponses pour la version responsive, cette solution l’emporte donc sur plus de 400 personnes interrogées. La complexité de cette problématique SEO réside essentiellement dans le fait que chaque solution a ses avantages, même si nous constatons que le responsive prend progressivement de plus en plus l’avantage sur la version mobile.

Avis Eskimoz : quel est l’impact réel du responsive et du site mobile sur le SEO ?

Même si le responsive devient aujourd’hui le premier choix, voyons concrètement quels sont les principaux avantages et inconvénients de chacun :

Site mobile

  • Avantages : Expérience utilisateur excellente car 100% personnalisée
  • Inconvénients : Deux URLs pour le même contenu + Complexe à gérer + Coût plus élevé

Site responsive

  • Avantages : Une seule URL donc pas de duplication + Poussé par Google (Label Google Mobile Friendly)
  • Inconvénients : Expérience utilisateur moins bonne + Site plus lourd au niveau du CSS

S’il faut choisir, je dirais que si Google pousse le responsive alors il faut le suivre ! D’ailleurs le responsive est très flexible aujourd’hui et on peut arriver à de très bons rendus dans ce sens.

[Contenu] – Combien de mots minimum faut-il proposer à Google pour obtenir la position 0 ?

Nous nous demandons ici quel est le nombre de mots que doit présenter votre contenu pour obtenir la position 0 dans les résultats de Google. Alors la taille d’un texte fait-elle partie des principaux critères de référencement Google en position 0 ? Découvrez sans plus attendre les résultats !

Combien de mots minimum faut-il proposer a Google pour obtenir la position 0 ?

Avec 45% de réponses pour le choix « À partir de 500 mots », les résultats démontrent clairement que la pertinence d’un texte prime sur sa taille. Un contenu court de 400 mots mieux adapté et répondant mieux à la question de l’internaute pourra donc obtenir la position 0 au détriment d’un texte de 3000 mots. Néanmoins, de manière générale, il est plus simple de produire un article complet avec un grand nombre de mots, donc attention à prendre ces réponses avec des pincettes.

La position 0 est un critère qualitatif proposé par l’algorithme qui se base essentiellement sur la popularité et le machine learning. Les résultats prouvent une théorie SEO qui existe depuis toujours, ce n’est pas la taille qui rend un article pertinent mais bien la qualité de son contenu !

Avis Eskimoz : quelle taille optimale doit faire votre contenu pour avoir la position 0 dans les moteurs de recherche ?

La taille d’un contenu ainsi que sa pertinence font partie des critères relatifs à la position 0 mais sont loin d’être les plus importants et surtout les seuls. En effet, découvrez ci-dessous la liste exhaustive des principales conditions pour y parvenir :

  • Le positionnement en TOP 5 de l’article sur la requête tapée.
  • L’importance du trafic réalisé sur la page positionnée.
  • La structure de l’article SEO friendly et une bonne sémantique web.
  • Utilisation d’un style interrogatif et de requêtes conversationnelles (Cf: Colibri)
  • L’expérience utilisateur de la page : Durée de visite – Taux de rebond – Navigation.
  • Le trust de la page relatif à son nombre de backlinks.
  • La présence de la requête dans les principales balises : Title – Meta description – Hn – Alt.
  • La pertinence du champs lexical avec l’utilisation de synonymes et d’occurrences.
  • L’utilisation de microdonnées pour optimiser la compréhension du texte par Google.
  • L’optimisation SEO mobile de la page : Responsive – AMP.
  • Délai de chargement de la page.
  • Engagement sur les réseaux sociaux… Pourquoi pas ?

Le positionnement de la page, son trafic ainsi que sa notoriété prime sur la taille du contenu qui reste encore un élément mineur pour atteindre la position 0.

[Contenu dupliqué] – Pensez-vous que le contenu dupliqué externe puisse impacter le positionnement d’un site web dans les SERPs ?

Beaucoup de débats sont nés autour du duplicate content externe, alors est-ce un mythe ou une réalité ? Comme beaucoup d’autres problématiques SEO, cela dépend de tellement de critères différents notamment du niveau de notoriété/popularité du site en question. Découvrez ici ce qu’en pensent les SEO !

pensez-vous-que-le-contenu-duplique-externe-puisse-impacter-le-positionnement-d-un-site-web-dans-les-serps-google

Avec 73% de réponses positives, on voit bien qu’il est important de réaliser une veille régulière par rapport à son contenu de manière à s’assurer qu’il ne soit pas volé et dupliqué sur d’autres sources/sites externes. Un contenu dupliqué externe peut clairement pénaliser votre positionnement !

Avis Eskimoz : le duplicate content externe peut-il impacter le classement de votre site dans Google ?

En réalité, cette théorie dépend de plusieurs facteurs indépendants qui activeront ou non le déclassement :

  • La date de publication et d’indexation du contenu dans Google
  • Le niveau de notoriété du nom de domaine / marque
  • Le pourcentage de similitude du contenu

En d’autres termes, un article publié sur un média à forte notoriété avec une date antérieure sera difficilement et rarement impacté. De plus, on peut imaginer qu’un contenu volé et spinné correctement avec un taux de similarité inférieur à 20% ne sera pas assimilé au même contenu par Google et il jugera donc ce contenu comme un nouvel article. Enfin, attention en priorité à ce qu’un contenu volé sur votre site ne soit pas placé sur un site plus populaire que le vôtre.

Imaginez quelqu’un qui vous vole votre contenu avant même que Google l’indexe, le positionne sur un site avec une plus forte popularité aux yeux de Google et qu’il arrive à l’indexer avant vous avec de nombreux backlinks pour consolider la page… Dur n’est-ce pas ?

[Taille sitemap XML] – Quelle est la taille maximale d’un fichier sitemap XML ?

Google propose des règles bien précises à ses webmasters quant à la gestion des fichiers sitemap XML. Alors quelle condition est fixée par Google au sujet de la taille maximale de ce fichier ?

Quelle est la taille maximale d'un fichier sitemap XML ?

Avec 42% de réponses pour la réponse 50 Mo, on note qu’approximativement 4 personnes sur 10 sont au courant de cette règle, soit moins de la moitié. La complexité du SEO n’est pas toujours dans la technicité mais dans la connaissance d’un très grand volume d’informations sur les guidelines de Google.

Avis Eskimoz : quelle est la limite imposée par Google du fichier sitemap ?

La limite était fixée jusqu’au mois de décembre 2016 à 10 Mo par fichier avant de passer à 50 Mo définitivement dans le courant du mois. À noter que Bing s’est également aligné sur cette taille.

Enfin, chaque fichier ne peut dépasser 50 000 URLs. Il faudra donc créer plusieurs fichiers distincts si votre site comporte trop de pages. On peut imaginer cloisonner ces sitemaps par catégorie par exemple.

SEO OFF-SITE

Découvrez dans cette partie tout ce qui touche aux aspects externes de votre site. Plus précisément, toutes les actions SEO off-site qui peuvent avoir un impact positif ou négatif sur le référencement de votre site.

[Netlinking] – Quel pourcentage d’ancres optimisées doit avoir votre profil de liens externes ?

Suite au déploiement de Pingouin en France, la gestion des ancres de liens est devenue une priorité et demande beaucoup de rigueur. En effet, ce filtre pénalise des pages spécifiques et non tout un site ce qui demande une micro-gestion régulière !

Quel pourcentage d ancres optimisees doit avoir votre profil de liens externes ?

Une parfaite égalité avec près de 750 votes, qui l’aurait cru ? Cette étude SEO montre un premier axe intéressant, 75% des résultats tendent vers un profil d’ancres inférieur à 30% d’ancres optimisées.

Avis Eskimoz : comment déterminer la proportion d’ancres optimisées dans son profil de lien ?

Ce sondage répond parfaitement à la problématique du profil d’ancres externes. On peut imaginer le scénario SEO suivant :

  • Sur des requêtes « simples » (faible concurrence et volumétrie) : optimiser ses ancres entre 0 et 10%
  • Sur des requêtes « moyennes » (moyenne concurrence et volumétrie) : optimiser ses ancres entre 10 et 20%
  • Sur des requêtes « complexes » (forte concurrence et volumétrie) : optimiser ses ancres entre 20 et 30%

Au-delà de 30% d’ancres optimisées, vous exposez votre site à de fortes sanctions de la part de Google, on pense notamment à Pingouin.

Enfin, il existe une donnée primordiale à mettre en parallèle, c’est la qualité des sites émetteurs. Imagions le cas suivant : vous recevez 10 liens des 10 plus gros médias français, et dans ces articles vous avez 80% d’ancres optimisées. Comme ces liens vous viennent de sites d’autorité, normalement cela vous préserve des pénalités.

[Netlinking] – Pensez-vous que les liens footer sur ancre naturelle et site thématique fonctionnent encore ?

Suite au déploiement du filtre pingouin, nous nous posons la question ici de savoir si les liens footer peuvent encore apporter un jus SEO positif vers le site destinataire.

pensez-vous-que-les-liens-footer-sur-ancre-naturelle-et-site-thematique-fonctionnent-encore

Avec 75% de réponses positives, cette question SEO dégage sans hésitation une réelle tendance. Les SEO répondent donc oui à cette pratique ! Attention néanmoins à garder une proportion raisonnable ! On peut imaginer qu’avec 100% de ce type de liens, les risques de pénalité seront plus importants. Tout est une question de variation et de proportion en netlinking.

Avis Eskimoz : suite à la mise à jour Google Pingouin, peut-on imaginer que les liens footer puissent encore améliorer le SEO d’un site ?

Il existe un brevet Google à ce sujet qui indique la position du moteur de rechercher sur cette question. Il stipule que seul le premier lien présent sur la page la plus importante (généralement la page d’accueil) sera pris en compte. Toutefois, on peut se demander si le jus SEO est réellement inexistant sur les autres liens. Il est notamment probable que le taux de clics ait un impact sur la pertinence du lien aux yeux de Google.

Enfin, il est fort probable que si le taux de clic sur le lien est important, alors il gagnera en pertinence et en poids au yeux de Google.

[Netlinking] – Le Trust Flow doit-il être l’unique critère pour sélectionner un site ?

Lors de vos recherches de partenariats pour réaliser des publications d’articles de netlinking vous vous basez sur des critères de qualité pour sélectionner les meilleurs supports. Néanmoins, peut-on juste se baser sur un bon Trust Flow pour prendre sa décision ? La réponse ci-dessous.

le-trust-flow-doit-il-etre-lunique-critere-pour-selectionner-un-site

La réponse est définitivement non avec 88% de réponses pour que le Trust Flow ne soit plus n’unique critère de sélection/décision. Et pourtant, je suis sûr que vous êtes déjà tombé sur un éditeur de site qui a décliné votre offre pour la seule et unique raison : « TF trop bas ».

Avis Eskimoz : la pertinence du Trust Flow lui vaut-elle la possibilité d’être un critère unique de sélection ?

Les mœurs n’ont pas encore évolué auprès des néophytes du web. En effet, même si le Trust Flow reste l’un des principaux critères de sélection, d’ailleurs très utile dans des recherches en masse, il ne suffit clairement pas pour juger la qualité d’un site.

Tant d’autres critères entrent en compte pour juger de la qualité d’un site. Savez-vous qu’on peut trouver un site à 50 de Trust Flow pour 2 visites par jour ? Et oui, le Trust Flow n’identifie pas les sites pénalisés par Pingouin par exemple.

Pour nous, un bon positionnement sur Google et un trafic qualifié et récurrent prévalent sur le Trust Flow. On peut également regarder la qualité du site de la manière suivante :

  • Design et expérience utilisateur (UX)
  • Qualité du contenu
  • Récurrence des publications
  • Thématique
  • Ratio TF/CF
  • Qualité des backlincks reçus
  • Score Yooda ou Semrush
  • Présence sur les réseaux sociaux (taille de la communauté)
  • etc…

J’insiste sur ce dernier point car certains SEO se sont amusés à monter des réseaux de sites en gonflant artificiellement leur TF grâce à des liens annuaires en masses, tout ça pour revendre des articles 500 euros sur des sites sans aucune valeur ajoutée.

Cessez de réfléchir par le Trust Flow, rien ne vaudra jamais l’œil d’un humain !

[Pénalité Google] – Le filtre Google Pingouin pénalise-t-il une page spécifique ou tout un site ?

Nous nous intéressons ici au fonctionnement du filtre Google Pingouin. Comment fonctionne-t-il ? Et surtout de quelle manière pénalise-t-il un site ?

Le filtre Google Pingouin penalise une page specifique ou tout un site ?

Avec 52% de réponses pour « Tout un site », il semble que la majorité penche pour la deuxième solution. Et pourtant Google a affirmé que le filtre touchait les pages une par une et non tout un site.

Ces choix s’expliquent sans doute de la sorte : les sites finissent souvent par disparaître à cause d’une pénalité présente sur les pages mères capables de générer à elles seules 80% du trafic SEO sur le site.

Avis Eskimoz : comment fonctionne précisément la pénalité liée au filtre Google Pingouin ?

Contrairement à toutes les idées reçues, le filtre Google Pingouin pénalise bien une ou plusieurs pages spécifiques et non pas tout un site.

Si les résultats sont mitigés cela s’explique pour plusieurs raisons, et en voici les principales :

  • Le jus toxique lié à une pénalité peut se transmettre d’une page à une autre
  • Ce sont souvent les plus grosses requêtes générant le plus de trafic qui sont travaillées et donc impactées
  • Une perte de vitesse soudaine entraîne généralement une mort à petit feu du site visé

En effet, les référenceurs sont habituellement agressifs sur les requêtes phares génériques dans un souci de logique car ce sont les plus concurrentielles et celles qui peuvent apporter le plus de visites.

Le filtre Google Pingouin finit donc très souvent par tuer un site dans sa globalité mais la pénalité survient bien sur des requêtes et pages spécifiques.

C’est la raison pour laquelle on analyse un profil de liens et d’ancres page par page et que l’on ne se laisse pas tromper par le profil général du site ! Eh oui, un profil de liens et d’ancres qualitatifs peut cacher une pénalité Pingouin…

[Fichier désaveu] – Faut-il encore utiliser le fichier de désaveu Google ?

L’outil de désaveu Google permet de nettoyer les liens néfastes pour votre SEO. En d’autres termes, de ne plus les prendre en compte. Néanmoins, certaines mises à jour sont arrivées entre temps -avec notamment la dernière de Google Pingouin- remettant en cause la pertinence de cet outil SEO. Alors, qu’en disent les hommes de terrain ?

faut-il-encore-utiliser-le-fichier-de-desaveu-google

Les 43% de réponses négatives renforcent le discours de Google sur le fait que sa dernière mise à jour Google Pingouin 4.0 ne prend déjà plus en compte les liens toxiques. D’après les participants, il n’y a donc pas besoin d’utiliser le fichier de désaveu car les liens sont déjà désavoués de base dans le fonctionnement normal de l’algorithme.

Avis Eskimoz : le fichier de désaveu Google fonctionne-t-il encore ?

Même si la dernière mise à jour de Google Pingouin (4.0) permet à l’algorithme de ne plus prendre en compte les mauvais liens directement, je pense qu’on est jamais trop prudent en SEO. Entre ce que dit Google et la réalité, il n’est pas rare de trouver des différences.

Aussi, pour une action qui prend peu de temps et qui permet d’avoir une protection supplémentaire, nous préconisons de l’utiliser quand même à partir du moment ou la quantité/proportion des liens toxiques est importante. Par exemple, avec 5% de liens néfastes, inutile de s’en préoccuper !

Bonus SEO

Découvrez dans cette partie tout ce qui touche de près ou de loin au SEO. Plus précisément, tout ce qui peut avoir un impact positif ou négatif sur le SEO de votre site.

[Synergie SEA SEO] – Pensez-vous qu’une campagne Adwords puisse avoir un impact sur votre SEO ?

Ce sujet a longtemps fait débat. En effet, Google est toujours demeuré catégorique sur ce sujet : le SEA n’a aucun impact sur le SEO. Et que dit le sondage alors ?

pensez-vous-qu-une-campagne-adwords-puisse-avoir-un-impact-sur-votre-seo

Décidément, nous aurions mieux fait de laisser la question fermée pour en sortir une tendance plus marquée. Néanmoins, nous voyons bien que le sondage penche plus vers le non avec 25% de réponses contre seulement 17% pour la réponse oui.

Avis Eskimoz : le SEA a-t-il un impact sur le SEO ?

De nombreux tests menés en interne nous montrent qu’un apport de trafic conséquent et rapide améliore dans certains cas les performances SEO. On peut donc imaginer qu’en mettant en place une campagne Adwords spécifique sur une page en particulier cela puisse envoyer des signaux positifs à Google et donc accroître la performance SEO de celle-ci. Encore faut-il que la page de destination propose une bonne expérience utilisateur étant donné que le machine learning de Google prend de plus en plus de place dans le search.

Ce test est à prendre à demi-mesure car de nombreux autres critères rentrent en compte en parallèle : notoriété de marque, expérience utilisateur, niveau de concurrence etc…

Pour nous, Google Adwords aurait effectivement un impact sur le SEO, mais uniquement dans certaines conditions. Imaginons la situation suivante. Une position payante draine dix fois plus de trafic que la première position SEO sur la requête principale du site. Dans ce cas, le référencement payant pourrait avoir un impact positif sur le positionnement naturel du site.

[Synergie SMO SEO] – Pensez-vous qu’une bonne stratégie sur les réseaux sociaux puisse avoir un impact fort sur votre SEO ?

Certains se demandent toujours si le SEO fonctionne seul (oui c’est dingue !) ou s’il est plus profitable de l’utiliser de pair avec d’autres canaux d’acquisitions. Découvrez sans plus attendre les réponses du sondage.

Les reseaux sociaux peuvent avoir un impact sur le SEO ?

Les résultats montrent bien que nous sommes encore en pleine transformation digitale étant donné l’écart des réponses. En effet, la question ne se pose plus depuis bien longtemps : avoir une bonne présence et activité sur les réseaux sociaux pourra booster considérablement votre SEO.

Avis Eskimoz : les réseaux sociaux ont-il un impact sur le SEO ?

Au même titre que le marketing offline, tout ce qui touche de près ou de loin à la popularité de votre marque/site aura un impact sur votre SEO. Les réseaux sociaux dont donc devenus incontournable dans la mise en place d’une bonne stratégie SEO et plus largement d’une stratégie digitale globale efficiente.

[Réseaux sociaux] – Quel est le réseau social qui a le meilleur impact sur votre SEO ?

Les réseaux sociaux ont pris de plus en plus d’importance dans le SEO. Incontournables aujourd’hui, on se demande ici quel est le réseau social qui influence le mieux Google dans le référencement de vos sites !

Quel reseau social a le meilleur impact sur le SEO ?

Avec 75% des réponses pour Twitter, soit 3/4 des résultats, on privilégiera ce réseau social pour optimiser sa stratégie SEO. À noter que Twitter est très pratique pour dynamiser et relancer de l’activité vers de vieilles pages.

Attention, Instagram ne fait pas partie du sondage et semble monter en puissance ces derniers temps notamment sur des problématiques de référencement e-commerce. On peut également s’intéresser à Pinterest dans des secteurs spécifiques comme la décoration où l’image peut susciter l’achat contrairement à d’autres activités.

Avis Eskimoz : quel réseau social faut-il privilégier dans sa stratégie SEO ?

Vous vous demandez toujours pourquoi on utilise toujours Twitter ? Bon ok voici deux liens intéressants pour clore le débat !

Twitter est très puissant pour booster votre SEO à partir du moment où il est correctement utilisé et donc que le contenu partagé suscite un intérêt.

[Domaine expiré] – Comment profiter au mieux des bénéfices SEO d’un domaine expiré ?

L’utilisation des noms de domaine a toujours été un très bon levier SEO. Néanmoins, les pratiques ont évolué dans le temps suite aux mises à jours correctives de Google. Alors suffit-il encore de faire une simple redirection 301 pour bénéficier du jus d’un nom de domaine expiré ? La réponse ici !

Comment profiter au mieux des benefices SEO d-un nom de domaine expire ?

Avec 62% de réponses en faveur de la solution « Création d’un site », on constate qu’il est préférable de créer un nouveau site sur le nom de domaine expiré en plaçant des liens vers le nom de domaine principal plutôt que de le rediriger tout simplement en 301 sans autre action spécifique.

Avis Eskimoz : Faut-il rediriger un domaine expiré ou construire un site dessus pour améliorer son SEO ?

Longtemps, le choix du nom de domaine ainsi que son utilisation ont suscité des débats dans l’univers du SEO. En ce qui concerne le rachat de noms de domaines expirés, pendant longtemps il suffisait de faire une simple redirection pour bénéficier du jus de l’ancien site. Pourtant les choses ont bien évolué ces dernières années. En effet, certains tests montrent même que cela peut avoir un impact inverse et donc négatif pour le SEO comme ici :

Inutile dans l’exemple présenté ci-dessus d’étudier les nombreuses pratiques de negative SEO qui peuvent découler d’une simple redirection d’un domaine vers un autre et semble pouvoir provoquer des baisses importantes de positionnement.

Les mœurs ont évolué et aujourd’hui on préconise donc de créer un site sur le domaine expiré de manière à s’en servir de site satellite en renvoyant simplement des liens contextualisés.

Enfin, pour gagner du temps nous recommandons à tous les nouveaux projets de démarrer une thématique de qualité avec un nom de domaine expiré. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à investir massivement au lancement d’un projet car dans certains cas on peut gagner plusieurs mois / année de SEO !

[Pénalité Manuelle] – Reçoit-on obligatoirement un message dans la Search Console par Google lors d’une pénalité manuelle ?

Nous nous demandons ici ce que communique Google aux webmasters dans le cas d’une sanction manuelle. En effet, si la réponse à cette question était positive, cela impliquerait que si vous êtes pénalisés sans avoir reçu de message dans la Search Console de Google alors, vous feriez face à une pénalité algorithmique et non manuelle. N’oublions pas que ce sont les Webmasters qui alimentent la SERP. Google a donc tout intérêt à communiquer avec ces « prescripteurs » pour proposer toujours plus de qualité à ses utilisateurs. Qu’en dit le sondage ?

Recoit-on obligatoirement un message dans la Search Console par Google lors d une penalite manuelle ?

Avec 53% de réponses négatives, ce sondage offre la majorité au principe que l’on ne reçoit pas toujours de message par Google quand on est pénalisé manuellement. Même si dans la majorité des cas Google envoie un message, on peut en effet imaginer que dans certains cas très spécifiques, Google n’en envoie pas forcément.

Avis Eskimoz : Google envoie-t-il toujours un message dans la Search Console lors d’une pénalité manuelle ?

Ce que nous savons sur les pénalités Google c’est qu’il vaux mieux recevoir une pénalité manuelle qu’algorithmique. En effet, étant donné le nombre de filtres et de critères de classement présents dans l’algorithme, se faire pénaliser sans indication c’est devoir rechercher une aiguille dans une botte de foin.

L’avantage de la pénalité manuelle, c’est surtout que vous savez immédiatement que vous avez été pénalisé et pour quelles raisons !

les-penalites-algorithmiques-et-manuelles-de-google

C’est d’ailleurs pourquoi on sort beaucoup plus vite d’une pénalité manuelle généralement. Prenez l’exemple de la pénalité algorithmique de Pingouin, certains sites ont dû attendre plus d’un an entre la mise à jour 2.1 et la 3.0 pour pouvoir enfin savoir s’ils pouvaient sortir ou non de cette exclusion.

[Réseau de site] – Pensez-vous que Google puisse pénaliser un réseau de sites sur l’unique base d’une adresse IP similaire ?

Nous nous posons la question ici de l’utilisation d’une même IP pour plusieurs sites et de ce que Google pourrait avoir comme comportement à cet égard. Alors qu’en pensent les personnes sondées ?

pensez-vous-que-google-puisse-penaliser-un-reseau-de-sites-sur-l-unique-base-d-une-adresse-ip-similaire

Même si l’écart n’est pas très représentatif, la balance penche vers le non avec 53% contre 47% pour le oui. On peut se demander si les personnes sondées ont bien compris la nuance de la question qui se trouve dans « l’unique base ».

Avis Eskimoz : Google peut-il pénaliser un site en se basant uniquement sur l’adresse IP ?

La réponse est définitivement non. Avoir une adresse IP similaire sur deux sites différents n’est pas un critère de pénalisation. On peut penser au serveur mutualisé comme exemple, l’inverse serait aberrant ! En revanche, nous vous déconseillons fortement d’utiliser une même IP sur plusieurs sites satellites pour usage SEO car c’est clairement un axe de suspicion par les quality raters de Google.

Donc non ce simple critère ne suffit pas à vous pénaliser, mais oui, c’est un moyen qui permet à Google de retracer facilement un réseau de sites. Pour ceux qui s’intéressent au Private Blog Network (PBN) « Blog SEO » et qui souhaitent aller plus loin dans la gestion de leurs réseaux de sites, voici deux solutions intéressantes :

[Salaire] – Quel est le salaire d’un consultant SEO junior pour son premier emploi à Paris ?

Le SEO est-il une branche professionnelle rémunératrice ? C’est la question qu’on se pose ici pour savoir quelles sont les moyennes de salaires annuels proposées dans ce secteur d’activité.

quel-est-le-salaire-d-un-consultant-seo-junior-pour-son-premier-emploi-a-paris

Les résultats sont serrés entre le choix 1 et 2 ce qui signifie sûrement que la moyenne se situe autour de 28K par an. En fourchette large, on peut imaginer que la moyenne se situe entre 24 et 32K par an selon les expériences de chacun.

  • Consultant SEO Junior Province : Entre 24 et 28K
  • Consultant SEO Junior Paris : Entre 28 et 32K
  • Consultant SEO Confirmé Province : Entre 32 et 36K
  • Consultant SEO Confirmé Paris : Entre 36 et 40K
  • Consultant SEO Sénior Province : Entre 40 et 44K
  • Consultant SEO Sénior Paris : Entre 44 et 48K

La qualité et la pertinence des précédentes expériences dans le domaine du référencement naturel ainsi que la maîtrise du candidat sont bien entendu des facteurs qui peuvent améliorer le niveau de salaire.

Avis Eskimoz : quel salaire peut prétendre un étudiant sorti d’école pour un poste de consultant SEO ?

Les salaires sont plus élevés à Paris ce qui doit donner une moyenne basse en province entre 24 et 28K par an. De plus, un profil technique ayant des connaissances approfondies en développement sera généralement mieux rémunéré qu’un profil littéraire et pourra donc prétendre à la fourchette haute des estimations.

[Budget] – Quel budget faut-il prévoir pour des outils SEO par mois ?

Un bon référenceur SEO doit se munir d’outils pertinents pour effectuer ses différentes analyses. Il en existe une multitude et parfois la seule différence est l’approche ou l’expérience utilisateur. Nous nous sommes demandés ici quel était le budget moyen à dépenser par mois pour être parfaitement « équipés » et réaliser les meilleurs audits SEO. Voici les réponses !

Quel budget faut-il prevoir pour des outils SEO par mois ?

Avec 53% de réponses pour le budget « 51-300$ » on note une tendance de budget moyen à prévoir par mois dans ces eaux là. Cette donnée reste à prendre avec des pincettes étant donné le nombre de personnes interrogées ainsi que les disparités qui peuvent exister entre Agence SEO et Consultant SEO.

Avis Eskimoz : combien faut-il dépenser dans ses outils SEO par mois ?

Il est difficile d’estimer un budget moyen tant celui-ci dépend des problématiques rencontrées. En effet, un audit SEO off-site demandera moins d’outils qu’un audit de référencement complet à la fois on-site et off-site. De plus, les outils fonctionnent généralement sous forme de « crédit » : plus vous l’utilisez et avez besoin d’informations profondes, plus vous payez. Enfin, une agence gérant des centaines de clients aura de plus grands besoins qu’un freelance avec moins de 10 clients.

Quoi qu’il en soit, voici d’après nous le budget à prévoir par mois selon la taille des sites (Nombre de visites & Nombre de pages).

  • Petit : entre 50 et 300 euros par mois
  • Moyen : entre 300 et 800 euros par mois
  • Grand : entre 800 et 1 500 euros par mois

La difficulté réside dans le fait que chaque outil a sa spécification et que pour mener l’audit technique parfait il faudrait pourvoir utiliser tous ces outils. Certains outils n’ont pas de limites d’utilisateurs, pensez à mutualiser vos ressources avec d’autres collaborateurs si votre budget est limité.

[Durée] – Combien doit durer au minimum une prestation SEO ?

Avant de se lancer dans une stratégie SEO, il est primordial d’intégrer que l’approche doit se faire sur le long terme et non pas comme une opération publicitaire prévue sur une durée précise et limitée. En effet, cela permet d’éviter des frustrations et on se sent toujours mieux quand on sait dans quoi on s’embarque ! Découvrez ci-dessous ce qu’ont répondu les experts SEO.

Quelle est la duree minimum d une prestation SEO ?

Avec 35% de réponses pour « 12 mois minimum » soit un an, la tendance appréciée ici reflète bien la pratique et le fait que le SEO demande un travail de fond et de longue haleine : il met du temps à se mettre en place sur Google.

Avis Eskimoz : quelle est la durée minimum d’une prestation SEO ?

Il est très difficile voire délicat de parler de durée en SEO car on ne sait jamais vraiment comment Google va réagir et en combien de temps surtout. C’est la raison pour laquelle il est plus simple de faire des prévisions et de donner des fourchettes.

Le SEO est pour nous le travail d’une vie car on ne peut jamais être premier sur l’ensemble des requêtes et comme Google évolue en permanence, les remises en questions doivent être régulières. Quoi qu’il en soit, nous sommes en total accord avec ces réponses, car pour stabiliser un projet parfaitement, en comptant sur la bonne réactivité du client bien entendu, 1 an semble être la durée minimum !

[Tarifs] – Combien coûte en moyenne une prestation SEO par mois en France ?

Peu de clients en ont une idée précise, beaucoup d’agences proposent des tarifs volatiles et les écarts peuvent être très grands entre deux propositions. C’est donc pour cela que ce sondage prend tout son sens. Voici les réponses !

Combien coute une prestation SEO ? Tarif - Budget - Prix ?

Attention à prendre ces résultats avec modération car la majorité des entreprises web sont de petites tailles, souvent des auto-entrepreneurs. Aussi, la majorité des répondants ne représentent pas les sites internet réalisant un chiffre d’affaires important en ligne. Voici d’après nous un état des lieux plus précis :

  • Petite entreprise locale : entre 400 et 800 euros par mois
  • Site vitrine spécialisé : entre 800 et 1 200 euros par mois
  • Site E-commerce : entre 1 200 et 2 000 euros par mois
  • Marché concurrentiel : entre 2 000 et 3 000 euros par mois
  • Marché très concurrentiel : entre 3 000 et 5 000 euros par mois
  • Marché ultra concurrentiel : plus de 5 000 euros par mois

Encore une fois les chiffres énoncés sont une moyenne et sont relatifs à la problématique rencontrée. Une petite entreprise sur un marché peu concurrentiel mais qui aurait un site internet sur lequel il faudrait tout refaire de A à Z pourra recevoir un devis identique à une grande entreprise sur un marché très concurrentiel.

Avis Eskimoz : quel est le tarif d’une prestation SEO par mois en moyenne ?

La France est en retard par rapport à d’autres pays comme l’Angleterre où les prix démarrent à 2 000 euros minimum par mois dans n’importe quelle agence. Ensuite, cela dépend de l’agence et de sa clientèle car c’est certain qu’une petite agence ou un freelance aura des prix moyens entre 0 et 800 euros plutôt qu’une agence tournée vers des clients grands comptes et e-commerçants aura des budgets souvent au-delà de 3 000 euros par mois.

Pour information, 90% des clients « moyens comptes » qui nous contactent n’ont aucune idée des prix pratiqués sur le marché. Chez Eskimoz, nous recommandons pour une prestation et une problématique SEO classique un budget de 20K à l’année en moyenne pour démarrer un projet.

Enfin, cela dépend également de l’enveloppe budgétaire des clients car certaines entreprises souhaitent investir massivement sur ce canal par rapport à de grandes entreprises. Il n’est donc pas rare de voir des clients grands comptes avec de minuscule budget contre des starts-up avec d’énormes budgets.

Eh oui, nous sommes encore en pleine transformation digitale. Tout le monde n’a pas encore pris conscience que le SEO est le premier canal de trafic sur le web !

[Critère SEO] – Quel est le critère SEO le plus important pour optimiser la position d’une page sur Google ?

Nous avons voulu ici faire ressortir LE critère SEO qui resterait prédominant dans le temps par rapport aux autres. Il est évident qu’une bonne stratégie SEO ne peut marcher que si tous les aspects sont optimisés ensemble. Néanmoins, nous nous demandons quel critère est pertinent quand la page que l’on souhaite faire monter répond déjà bien à l’ensemble des principaux critères de référencement.

Quel est le critere SEO le plus important pour optimiser la position d une page sur Google ?

Avec 53% de réponses pour l’aspect popularité de la page passant par une bonne stratégie de netlinking, on constate que pour plus de la moitié des experts SEO, le poids lié au jus SEO d’une page est toujours l’un des principaux critères retenus par Google aujourd’hui dans son algorithme de classement.

Avis Eskimoz : quel est le principal critère SEO pour améliorer la position d’une requête ?

Le netlinking est par essence le principal critère de positionnement d’une page pour la simple et bonne raison que c’est la seule action SEO qui ne s’épuise jamais. En effet, une fois que votre page est parfaitement optimisée au niveau technique, sémantique, du balisage ainsi que de l’expérience utilisateur, vous n’aurez pas besoin de revenir régulièrement sur ces aspects.

Autrement dit, après avoir optimisé l’ensemble des critères SEO on-site d’une page, celle-ci risque d’atteindre très vite une maturité de positionnement dans Google. Donc une stagnation sur la requête visée. À ce moment précis, seule une action de linkbaiting lui permettra d’atteindre la première position sur Google !

Conclusion de cette étude SEO

« Une once de pratique vaut mieux qu’une tonne de théorie ». Cette citation n’a jamais été aussi vraie que pour le SEO. En effet, tant de méthodes fonctionnent alors qu’elles sont dénoncées par Google.

Enfin, une bonne base théorique est primordiale pour aiguiser son interprétation des résultats obtenus, alors ne négligez pas une bonne documentation au préalable !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez laisser un commentaire ou nous suivre sur Facebook ou nous suivre sur Twitter .

Vous souhaitez obtenir des données quantitatives relatives à une problématique SEO ? N'hésitez pas à nous contacter pour réaliser un sondage sur la question !

Contactez-nous

18 réponses pour “SEO : une once de pratique vaut mieux qu’une tonne de theorie !

  • J’ai vraiment envie de passer mon blog en HTTPS mais le fait de faire la redirection et de perdre énormément de jus (environ 1/3 si mes souvenirs sont bons) me fait peur. Est-ce qu’il y a déjà un SEO qui a fait une étude sur la redirection précise de HTTP vers HTTPS et non pas une redirection 301 habituelle comme lorsqu’on achète un nom de domaine expiré pour le faire rediriger vers son moneysite ? Voir si, comme Google encourage la pratique du HTTPS, peut-être qu’il fait la différence.

    • Bonjour Vincent,

      Je comprends votre inquiétude seulement si on part du principe qu’on aborde le SEO sur du long terme, je pense qu’il est toujours pertinent d’être dans l’anticipation plutôt que dans la réaction.

      Ne vaut-il pas perdre un peu de jus SEO à court terme pour être toujours en ligne par rapport aux évolutions de Google ?

      Je vous invite à lire un article sur ce sujet : http://www.eskimoz.fr/comment-reussir-sa-redirection-301/

      Je vous rassure tout de suite, la perte n’est pas de 1/3 et celle-ci est dégressive dans le temps donc on revient assez vite à niveau !

      PS : Il peut être intéressant d’allez changer vos ancres de liens vers HTTPS pour limiter au maximum la dilution 😉

      Bien à vous,
      Andréa

  • Une excellente analyse certes, mais il faudrait également effectuer des sondages concernant les autres moteurs de recherche tels que Bing ou Qwant, même si Google constitue une référence.

  • Bonjour Andréa,

    Cet article sur le SEO est de loin le meilleur que j’ai pu lire ! C’est en effet impossible d’en tirer une définition exacte. Cet article propose l’angle parfait en passant par l’élaboration de convergences pour en tirer des tendances car comme vous le dites très bien ici « ce qui marche pour l’un ne marchera pas forcément pour l’autre » 🙂

    Je l’ajoute de suite dans mes favoris et j’espère qu’il va encore s’enrichir car c’est vraiment pratique de pouvoir se reposer sur des tendances quand on a pas encore fait face à un problème donné.

    Encore merci pour ce partage de données car dans le SEO on remarque parfois que chacun travaille dans son coin alors qu’on serait tellement meilleur à travailler main dans la main et en partageant nos données comme vous le faites ici.

    Ce billet explique clairement la définition SEO comme je la vois !

    Merci Eskimoz pour votre vision et pour démocratiser le SEO dans ce sens.

    A bientôt,

    Charles

  • Merci Eskimoz pour cette très bonne définition du SEO. Le SEO ne s’apprend pas dans les livres comme pourrait le dire le célèbre sociologue Pierre Bourdieu mais sur le terrain !

    Search Engine Optimisation Votre 😀

    Chloé

  • Ces sondages/Avis sont intéressant mais à relativiser en fonction du nombre de votants par questions posées.
    Par contre les avis @Eskimoz sont beaucoup plus pertinents, seul bémol la conclusion sur les salaires pratiqués qui doivent concerner un échantillon strict de la profession (Agence, RP, entité) loin de la réalité de terrain des « petits » référenceur solo qui font eux aussi un boulot comme les « grands » (sic)
    En tout cas, une TPE/PME de province qui dépenserait de 400 à 800 euros par mois pour du SEO, je demande à voir.. Et pourtant il faut bien vivre..!!

  • J’ai trouvé très intéressante la partie sur le retard entre la France et l’Angleterre. Je serai curieuse de connaitre les prix mensuels moyens par pays notamment aux Etats-Unis et au Canada.

  • Beau travail, félicitations ! On réalise bien en lisant ce sondage que le SEO est un domaine très vaste et connexe à tous les autres domaines du web. En effet, on ne voit pas de questions sur la compréhension du JavaScript par Google (une idée pour un futur tweet ?) qui fait clairement partie du secteur du développement ou sur le responsive, qui fait partie de l’UX…
    Et concernant le SEO pur et dur, pas de questions non plus sur les autres moteurs de recherche que Google… il y a donc une grande marge de progression pour améliorer encore cet article, bonne continuation 😉

  • Ça c’est du travail de fond !
    Cet article donne une bonne idée de l’état du SEO en France.

    Le nombre de réponses où aucune majorité ne se dégage clairement montre bien qu’il y a autant de réponses SEO que de cas. Ce qui est valable pour un site ne l’est pas forcément pour l’autre.

    C’est d’autant plus difficile à faire comprendre à des petits entrepreneurs (pas dans le sens péjoratif) qui ne comprennent pas forcément que l’on fonctionne souvent empiriquement (avec une base quand même). Je les rassurerai sûrement si je leur disais : alors ça va se passer comme ça et puis dans 3 mois vous serez là et ensuite ça, etc… Mais c’est aussi conserver notre crédibilité que de présenter les choses clairement.

    Tiens d’ailleurs, ça ferait un bon sujet de sondage : comment les clients perçoivent le travail des référenceurs ?

    • Merci Ismaël ! 🙂

      En effet, on a tous déjà rencontré un prospect qui vous demande des objectifs précis pour s’engager ou un client qui se plaint tout simplement car il n’y a aucun résultat après 3 mois alors même que 100% des recommandations ne sont pas mises en place.

      C’est à nous d’éduquer le marché en communiquant sur les enjeux pour le rendre plus mature.

      Je suis d’accord avec toi sur le fait que ce qui est valable pour un site ne l’est pas forcément pour un autre. C’est d’ailleurs l’un des aspect les plus passionnant du SEO je trouve.

      Très bonne idée d’article j’aime beaucoup l’esprit même si je ne suis pas sur qu’on apprécie toutes les réponses 😉

  • Beau travail de recherche ! C’est marrant de voir que parfois on a 50% de OUI et 50% de NON… ca confirme bien que le SEO est un milieu où tout est sujet à discussion. Aussi parfois des réponses erronés qui montre que la communauté SEO doit se tenir a jour car les règles changent rapidement 😉

    • Merci Julien pour ton message ! 🙂

      En effet c’est assez drôle de voir des égalités parfaites sur certaines questions avec ces centaines de répondants ça définit bien le SEO finalement.

      Ce billet ne fait que démarrer. L’idée est de rendre cette action collaborative pour recenser un maximum de données sur des questions SEO aussi larges que spécifiques.

      À très vite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *