La complementarite du SEO et du SEA n’est plus a remettre en question !

Depuis de nombreuses années, les référenceurs SEO cassent du sucre sur les experts SEA et vice versa. Nul doute que vous avez déjà entendu la trop célèbre remarque qui consiste à dire que l’un cannibalise le trafic de l’autre. Revenons ensemble sur cette animosité latente…

La complementarite du SEO et du SEA n'est plus a remettre en question !

SEO et SEA : Stop aux guerres de tranchées !

Combien de fois ai-je entendu un webmarketeur défendre son travail en avançant les arguments suivants :

« Google Analytics sélectionne le dernier canal d’acquisition comme canal de conversion. Si le client vous trouve grâce au SEA et qu’il revient acheter une semaine plus tard via le SEO, alors le ROI sera attribué à tort à ce dernier. En effet, le canal réel de conversion devrait être le SEA mais ça personne ne le saura jamais. »

  • A noter que l’exemple marche dans les deux sens.

Si vous avez du mal à saisir la complémentarité de ces deux principaux leviers d’acquisition – que sont le SEO et le SEA –, j’espère, à travers ce billet, parvenir à vous faire tous conclure que l’un ne peut pas vivre sans l’autre dans le cadre d’une stratégie digitale digne de ce nom.

Commençons par des données tangibles : Eye Tracking Study

Pour comparer les annonces Adwords et les résultats organiques, je vous propose de regarder sur quoi nos yeux se focalisent une fois la recherche lancée.

L’étude du Golden Triangle d’hier à aujourd’hui

Tout d’abord, le Golden Triangle montre parfaitement que nos yeux se focalisent en haut à gauche vers le TOP 3 Organique et les annonces CPC.

Eye Tracking Study - Complémentarité SEO et SEA

À noter que selon le nombre d’annonces CPC proposées, les statistiques seront différentes :

  • Si une seule annonce Adwords apparaît, l’utilisateur cliquera davantage sur le résultat organique.
  • Si 3 annonces CPC apparaissent, il les privilégiera aux résultats organiques.

Entre 2005 et 2014, le Golden Triangle s’est transformé pour adopter une forme plus transversale : un changement assurément dicté par l’évolution du trafic mobile qui fonctionne avec un scroll de haut en bas.

L’évolution des clics organiques et les campagnes CPC

Découvrons ensemble l’évolution des clics organiques par rapport aux autres éléments des SERPs (Annonces Adwords comprises) à travers ce schéma :

Clics organiques par rapport aux clics Adwords

  • Position 1 = 32,3 % en 2005 contre 32,8 % en 2014

Enseignement : on note une légère progression.

  • Position 2 à 4 = 47,8 % en 2005 contre 62,6 % en 2014

Enseignement : on note une forte progression des clics organiques.

  • Position 4 à 10 = 67,6 % en 2005 contre 84 % en 2014

Enseignement : on note également une forte progression des clics organiques

En résumé, la concurrence entre la position 1 organique et les campagnes CPC reste importante, mais stable, malgré une légère évolution de 0,5 % en faveur du SEO. Cela sous-entend également qu’en monopolisant la position 1 organique et une campagne CPC, la visibilité est exponentielle.

Par contre, de la position 2 à 10, les résultats organiques prennent avec les années de plus en plus d’importance, rendant les choses compliquées pour les annonces CPC, une fois que l’utilisateur commence à baisser les yeux.

  • Dédicace à tous ceux qui passent leur temps à dire que notre cher ami Google privilégie Adwords dans les SERPs

Le référencement naturel [SEO] impacte le référencement payant [SEA]

Le référencement naturel (SEO) impacte le référencement payant (SEA)

L’architecture et la sémantique web des pages du site revisitées par les experts SEO permettent à Google de mieux les comprendre. Ainsi, la cohérence des campagnes CPC sera meilleure, car les mots clés travaillés dans les annonces seront parfaitement retrouvés au sein de ces pages.

  • L’architecture SEO reflète souvent l’architecture des annonces Adwords.

L’optimisation SEO interne [On-Site] est donc directement liée à l’amélioration du Quality Score des annonces : elle améliore le positionnement, augmente le CTR, minimise le coût, et donc accroît le ROI de celles-ci.

On note également qu’une bonne ergonomie des pages va améliorer la satisfaction des utilisateurs, contribuant à renforcer inéluctablement la pertinence des landing pages préparées pour les campagnes CPC.

Le référencement payant [SEA] impacte le référencement naturel [SEO]

Nous savons tous qu’au lancement d’un projet, le référencement naturel [SEO] met 6 mois à se mettre en place correctement. Ce canal — qui agit à moyen/long terme — a donc besoin d’être boosté et relayé à court terme par le SEA. En effet, rien de mieux qu’une bonne campagne Adwords pour faire vivre un site dès son lancement et ainsi, lui permettre d’amorcer sa stratégie de visibilité sur Google.

Au lancement d’un site, Google a besoin d’indicateurs pour juger de la pertinence de ses pages. Le trafic généré par le SEA va permettre d’analyser l’expérience utilisateur et ainsi, envoyer des signaux positifs au moteur de recherche.

La stratégie SEA va également permettre de récupérer des données sensibles relatives au volume et à la pertinence des mots clés : une information d’autant plus primordiale que Google ne nous la donne pas aussi aisément avec le « not provided » de Google Analytics.

Le référencement payant [SEA] impacte le référencement naturel [SEO]

Enfin, le géant américain accrédite de bonnes places aux sites ayant une forte notoriété. Toute stratégie de communication/publicité aura donc un impact indirect sur le SEO : en faisant connaître la marque, on améliore automatiquement le branding et le trafic direct.

Quelle relation établir entre le SEO et le SEA ?

SEO & SEA : deux leviers, deux stratégies

On entend souvent la question suivante : « Je ne sais pas par quel canal d’acquisition commencer, lequel est le meilleur ? ».

Il faut dire que nombreux sont ceux qui tombent dans le piège de vouloir comparer deux canaux qui suivent pourtant deux stratégies totalement différentes :

  • Avec le SEA, on lance une campagne de publicité et on achète du trafic.
  • Avec le SEO, on lance une stratégie de popularité sur les moteurs de recherche donc on travaille la notoriété et le positionnement du site.

Certes, une campagne Adwords sera plus appropriée dans le cadre d’une communication sur un court événement par exemple. Néanmoins, nous partons du principe que le site en question souhaite mettre en place une stratégie globale de visibilité sur le web sur le long terme.

SEO + SEA : une stratégie incrémentale et non cannibale !

Une étude délivrée par Google en 2011 révèle que 89 % des clics sur les annonces CPC [Adwords] sont complémentaires aux clics organiques. Cela traduit bien l’idée d’un apport incrémental de trafic : les utilisateurs cliquant sur les campagnes CPC ne sont pas les mêmes que ceux qui cliquent sur les résultats naturels.

SEO + SEA - Une stratégie incrémentale et non Cannibale !

Néanmoins, cette statistique diverge selon la position organique du site Internet. En effet, dans le cas d’une première position dans les SERPs, on estime les clics à 50 % sur les résultats SEO et SEA. Dans cette situation, on peut donc parler de semi-cannibalisme.

Mais, dépassé la première position naturelle, on remonte à des taux dépassant 80 % — ce qui renforce l’idée de complémentarité optimale de ces deux canaux.

SEO et SEA - Complémentarité

Le référencement social [SMO] impacte le référencement naturel [SEO]

Le référencement social (SMO) est identique au SEA et à l’ensemble des stratégies qui consistent à faire du branding, notamment les campagnes de newsletters car celles-ci participent à la notoriété de la marque. En effet, de nombreux visiteurs reviendront sur le site via les moteurs de recherche, favorisant ainsi indirectement votre référencement naturel sur le long terme.

Conclusion

La réponse est sans appel : le SEO et le SEA fonctionnent ensemble et sont complémentaires sur tous les points. Une étude réalisée par Enquiro en 2005 (Eye Tracking Study) montre d’ailleurs très bien qu’en utilisant les deux canaux en même temps, on trouve des résultats très intéressants :

Le SEO et SEA sont complémentaires

  • Une bonne stratégie SEA atteint 9 % des visiteurs en moyenne
  • Une bonne stratégie SEO atteint 26 % des visiteurs en moyenne
  • Une bonne stratégie combinant SEO et SEA atteint 63 % des visiteurs en moyenne.
Si vous avez aimé cet article, vous pouvez laisser un commentaire ou nous suivre sur Facebook ou nous suivre sur Twitter.

Vous souhaitez mettre en place une stratégie de référencement globale ? Contactez-nous !

Contactez-nous

4 réponses pour “La complementarite du SEO et du SEA n’est plus a remettre en question !

  • Très bonne analyse j’ai fais un stage dans une agence web où nous avons énormément perdu de l’argent dans une campagne sea qui était vraiment pas soutenu par une bonne campagne seo.

  • Merci pour cet article Andréa, je le trouve très sensé. En effet l’utilisateur qui clique sur un résultat naturel et celui qui clique sur un lien CPC ne sont pas au même stade dans le processus d’achat 🙂

  • Merci pour l’article. C’est vrai que ce sont deux leviers d’acquisition complémentaire. C’est également des leviers qui ne sont pas utilisés pour les mêmes recherches.

    Exemple : je veux acheter mes nouvelles chaussures de running 🙂 Je vais dans Google et je saisie la requête : « meilleures chaussures running » ou « test chaussures running »… et je vais normalement logiquement cliquer sur un lien naturel puisque je suis dans la recherche d’informations. Je vais certainement trouver un blog, un article…

    Maintenant que j’ai cherché et trouvé mon modèle de chaussures, les Nike Pegasus 31, je veux les acheter.

    Je vais donc faire la requête suivante : « Nike Pegasus 31 » ou « acheter Nike Pegasus 31 » et là, la page de résultats de Google me propose de nombreux liens sponsorisés, et je vais très certainement cliquer sur plusieurs de ces liens et non plus sur un lien naturel puisque je suis dans une intention d’achat. Je cherche donc le meilleur prix et/ou la livraison la plus rapide…

    Ce schéma est souvent le même, quelque soit l’internaute et la requête. On comprend pourquoi des marques comme I-run, investissent largement sur les deux leviers, SEO et SEA, pour capter, les intentionnistes…

    • Merci pour l’exemple je le trouve très parlant 🙂 Il traduit parfaitement l’idée de complémentarité SEO SEA.

      « Une étude délivrée par Google en 2011 révèle que 89 % des clics sur les annonces CPC [Adwords] sont complémentaires aux clics organiques. Cela traduit bien l’idée d’un apport incrémental de trafic : les utilisateurs cliquant sur les campagnes CPC ne sont pas les mêmes que ceux qui cliquent sur les résultats naturels. »

      Dans ces conditions, nous sommes d’accord, les deux canaux SEO SEA se cannibalisent très peu.

      Néanmoins, il restera toujours la difficulté d’interprétation des requêtes. En effet, pour une même requête peut se cacher une recherche d’information ou un besoin d’acheter.

      De plus, il ne faut pas croire que les utilisateurs n’achètent pas dans les résultats organiques, c’est simplement une action qui va différer selon le positionnement des résultats et le comportement de l’individu.

      C’est en partie pour ces raisons qu’il reste un faible pourcentage de cannibalisation car dans certains cas l’utilisateur pourra trouver son bonheur dans les deux catégories de résultats.

      Enfin, ce qu’il faut surtout retenir c’est qu’en ayant une bonne présence simultanée dans les résultats payants et organiques, on obtient un pourcentage de clics presque deux fois supérieurs par rapport à une stratégie « monocanal ».

      Exemple : Avec une stratégie uniquement SEA j’atteins 9 personnes. Avec une bonne stratégie uniquement SEO j’atteins 26 personnes. Avec une bonne stratégie combinant SEO et SEA j’atteins 63 personnes.

      Excellente journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *