Google Bard : Le chatbot de Google dopé à l’intelligence artificielle se dévoile !

Publié le 20 février 2023 - Mise à jour le 26 juillet 2023

Par Andréa Bensaïd

Fondateur d'Eskimoz. J'accompagne les entreprises de toutes tailles dans leur stratégie d'acquisition digitale.

google gemini

La guerre des intelligences artificielles est lancée. Le buzz qui entoure ChatGPT-3 depuis sa mise à disposition du grand public a agi comme un électrochoc au sein de l’écosystème des géants de la technologie. La capacité de l’outil à formuler des réponses claires, synthétiques et structurées avec une facilité déconcertante, tout comme son aptitude à générer des contenus textuels, ont poussé les concurrents d’OpenIA à mettre en avant leurs projets maison.

C’est désormais chose faite pour Google avec la présentation de Bard, son robot conversationnel à base d’IA. Google Bard, c’est à la fois une réponse à ChatGPT, une attaque préventive contre Microsoft qui ambitionne d’intégrer cette technologie à ses outils, mais aussi (et surtout) une vision de ce que pourraient devenir les moteurs de recherche dans quelques mois ou années. Focus.

C’est quoi, Google Bard ?

Début février, Google a dévoilé sa propre IA conversationnelle, accessible exclusivement en bêta fermée pour le moment. Comme ChatGPT, Google Bard est un chatbot qui utilise des modèles d’apprentissage conversationnels pour apporter des réponses aux questions qui lui sont posées. Google l’a présenté comme un nouveau service à part entière, capable d’interpréter une demande et de générer, en retour, une réponse complète et structurée.

Depuis qu’Open IA a mis son outil innovant à disposition du grand public, on attendait Google au tournant. Il était clair que la firme de Mountain View ne resterait pas les bras croisés face au tsunami provoqué par ChatGPT – avec ses 100 millions d’utilisateurs engrangés en à peine deux mois, selon une étude récente. Dans le monde de la Big Tech, il se disait depuis belle lurette qu’Alphabet (maison mère de Google) développait son propre agent conversationnel biberonné à l’intelligence artificielle.

Or, pour Google, il était plus que temps de sortir du bois, Microsoft ayant déjà annoncé l’intégration de ChatGPT à son moteur de recherche, Bing, dans les prochains mois.

La soudaine popularité de ChatGPT a donc contraint le géant américain à montrer les dents. Bien que Google Bard reste encore à l’état de promesse, son annonce, par le biais d’un communiqué officiel du CEO Sundar Pichai, ainsi que sa présentation à Paris le 8 février, ont été des événements. Pour autant, ce n’est là qu’une halte dans une course qui a commencé plusieurs années en arrière.

Google et l’intelligence artificielle

De fait, Google n’est pas un néophyte en matière d’intelligence artificielle. La firme développe des projets autour de l’IA depuis six ans, notamment (mais pas seulement) au sein du centre de R&D ouvert à Paris en 2018, où s’est tenue la présentation du 8 février. En 2017, déjà, l’entreprise introduisait Transformer, un modèle d’apprentissage profond (deep learning) utilisé dans le domaine du traitement automatique du langage.

C’est sur ce modèle qu’ont été bâties BERT, puis MUM : deux évolutions algorithmiques, intégrées au moteur de recherche, capables de mieux comprendre le langage naturel et les intentions de recherche, et d’apporter des réponses plus pointues à des demandes complexes, dans une multitude de langues. L’ironie de l’histoire, c’est que le modèle Transformer est aussi employé par… ChatGPT ! (C’est ce qui fait dire à Yann LeCun, le « monsieur IA » de chez Meta, que les technologies sous-jacentes de cet outil ne sont pas aussi innovantes qu’on voudrait nous le faire croire.)

En 2021, Google a dévoilé LaMDA (Language Model for Dialogue Applications), son modèle de langage révolutionnaire bâti, lui aussi, sur Transformer. LaMDA a été entraîné pour dialoguer, mais aussi pour prêter attention au contexte dans lequel sont formulées ses réponses, pavant ainsi la voie à Google Bard.

Comment fonctionne Google Bard ?

Google Bard combine l’ampleur de la connaissance mondiale avec la puissance, l’intelligence et la créativité des grands modèles de langage (Large Language Models). Comme ChatGPT, il s’appuie sur des modèles d’apprentissage-machine entraînés à partir d’un énorme corpus de données. Lorsqu’un utilisateur lui pose une question ou lui adresse une demande, l’outil compile une réponse claire, concise, à forte valeur ajoutée, rédigée par ses soins, avec ses propres mots.

Pour Google, Bard a vocation à simplifier des sujets complexes et à formuler des réponses utilisables par le plus grand nombre. Dans son communiqué, Sundar Pichai donne cet exemple : il demande à l’application de lui citer les découvertes faites par le télescope spatial James Webb qu’il est susceptible de pouvoir expliquer à son enfant de 9 ans. Le chatbot fournit une réponse en trois points, précise, utile et bien adaptée à la cible.

(Source : Google)

(Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué une erreur dans la réponse formulée par Bard – mais on y reviendra plus tard.)

Ce qui est intéressant, c’est que cet exemple n’a pas été choisi au hasard. Open IA a précisé que la base de données sur laquelle ChatGPT s’est entraînée s’arrête au milieu de l’année 2021, ce qui fait que toute information ultérieure ne saurait être utilisée par l’outil dans ses réponses (sauf à l’avoir apprise en dialoguant avec les internautes). Or le télescope James Webb ayant été lancé par la NASA en fin d’année 2021, ChatGPT ne peut tout simplement pas répondre à une question portant sur ce sujet. Ce faisant, Google souligne une différence de taille entre les deux systèmes : contrairement à son homologue, Bard est connecté au web, ce qui lui permet de puiser dans des données très récentes et d’apporter aux utilisateurs des informations plus pertinentes.

L’autre particularité de Google Bard, c’est qu’il est alimenté par une version plus « légère » de LaMDA, moins gourmande en ressources. C’est ce qui rend la technologie plus aisée à déployer à grande échelle, dans la mesure où elle peut être utilisée par un plus grand nombre de personnes en simultané. Dans l’optique d’une intégration future au moteur de recherche, c’est là un détail qui a son importance.

Google Bard et l’avenir du moteur de recherche

Ce dévoilement reste très allusif, d’autant plus qu’il est impossible, pour le moment, de mettre la main sur Google Bard – seuls des « testeurs de confiance » seront sollicités par la firme pour évaluer l’outil. En outre, Bard commet déjà des erreurs et l’a fait de nouveau, en direct, lors de sa présentation à Paris (à voir ici). Cette erreur factuelle, qui attribue au JWST la première photo d’une planète extérieure à notre système solaire (alors que la vraie première image date de 2004), montre bien que l’outil est encore en plein développement et que son intégration au moteur de recherche n’est pas pour tout de suite.

Pour autant, cette guerre des IA laisse entrevoir ce que pourrait être l’avenir du Search avec l’appui de technologies comme ChatGPT et Google Bard, notamment en optimisant la qualité des réponses enrichies dans la SERP.

Tout se joue au niveau de la capacité de l’outil à produire des contenus structurés et synthétiques sur la base d’une vaste palette d’informations. Alors que les résultats enrichis de Google se contentent le plus souvent d’afficher des extraits tirés des contenus sélectionnés sur la Toile ou des données brutes, ChatGPT est en mesure de reformuler ces informations pour produire un contenu inédit capable de répondre précisément à la demande de l’internaute. C’est cette fonctionnalité que Microsoft cherche à implémenter dans Bing, et c’est ce que Google prévoit également avec Bard.

L’image ci-dessous donne une idée de ce que pourrait devenir la SERP dans un futur proche, boostée par l’intelligence artificielle. Confronté à une demande complexe qui nécessite de comparer différentes données, le moteur fournirait une réponse synthétisant les informations puisées sur le web, rédigée spécifiquement pour s’adapter au besoin exprimé.

(Source : Google)

Néanmoins, Google n’envisage pas l’avenir du Search par le prisme d’une réponse unique et absolue, comme en fournit aujourd’hui ChatGPT avec aplomb (et en commettant d’énormes bourdes). La firme entend plutôt faire coexister les deux types de résultats, d’un côté le texte généré par l’intelligence artificielle, de l’autre les liens renvoyant vers les contenus jugés les plus pertinents autour du sujet traité – comme c’est le cas aujourd’hui. D’aucuns diront que cette vision du futur est cruciale pour Google, qui fera tout pour maintenir son modèle économique basé sur la publicité – et c’est absolument vrai –, mais elle est tout aussi déterminante au regard du libre-arbitre des internautes. Ce qui, dans un contexte de déferlement de fake news, n’est pas une considération anodine.

Après tout, nous aimons tous et toutes avoir le choix… et il serait souhaitable que l’avènement de l’IA dans les moteurs de recherche n’ait pas pour effet pervers d’orienter (encore plus que maintenant) la pensée des utilisateurs vers les réponses que l’outil juge les plus convenables !

Google Bard est encore à l’état de promesse. La firme reste prudente, et c’est compréhensible au regard des nombreux problèmes rencontrés par les applications d’intelligence artificielle au fil du temps (rappelons-nous que, l’année passée, Meta a dû débrancher Galactica après trois jours d’accès public parce que l’IA commençait à produire des contenus inappropriés). L’outil devra être testé longuement et peaufiné avant d’être implémenté où que ce soit. Mais ce que l’on peut affirmer, c’est que la bataille des géants de l’intelligence artificielle ne fait que commencer.

Derniers articles

Publié le 19 juin 2024

Google IO : quel impact sur le SEO en 2024

La Google IO 2024 a été riche en annonces, notamment en matière d'IA. Découvrez les principales nouveautés et leur impact sur le SEO.

Publié le 17 juin 2024

Google Marketing Live 2024 : Ce qu'il faut retenir

Le Google Marketing Live 2024 redéfinit les contours de la publicité digitale. Découvrez les nouvelles fonctionnalités pour vos campagnes.

Publié le 6 juin 2024

Google Consent Mode : Comment le mettre en place ?

Le Google Consent Mode vous assure de respecter la confidentialité des données tout en conservant la performance de vos campagnes marketing.