SEO sur Salesforce Commerce Cloud (B2C Commerce) : tirez le meilleur de votre CMS

publié le 25 juin, 2021 par

0 commentaires

A l’instar de Magento, Prestashop, BigCommerce ou Drupal, Salesforce B2C Commerce (anciennement Demandware puis Salesforce Commerce Cloud, ou plus connu sous l’acronyme « SFCC ») est un CMS hébergé en SAAS.

SFCC est une solution Cloud aujourd’hui peu documentée, surtout concernant le SEO – Nous vous partageons donc quelques conseils pour tirer le meilleur de ce CMS d’un point de vue référencement naturel.

Etant experts de la solution avec nos nombreuses références sur Salesforce B2C Commerce (également appelé SFB2CC), nous avons décidé d’agrémenter cet article d’un partage d’expérience en collaboration avec un de nos clients (voir la fin de l’article) :

  • Jonathan Boudault, Traffic & Acquisition Manager chez Petit Bateau

Vos leviers e-commerce centralisés dans le même espace cloud

Catalogue

La section Catalog remonte toutes vos informations produits. Généralement connecté à votre PIM (Product Information Management), le catalogue SFCC regroupe vos pages catégorie (ex : « Vêtements femme ») et les produits qui y sont assignés avec toutes les informations nécessaires : variations de taille, de couleurs, prix, stock etc.

Le plus dur dans l’alimentation et la maintenance d’un catalogue SFCC est de faire en sorte que les champs de la fiche produit soient tous correctement renseignés, sous peine d’avoir des effets de bords négatifs lorsque la contribution ne remonte pas correctement.

En effet, ces champs ont plusieurs rôles :

  • Gérer la mise en ligne ou hors ligne du produit
  • Apporter de la précision sur chaque fiche produit pour aiguiller les visiteurs dans leur choix
  • Faire en sorte que les produits soient identifiables depuis la recherche interne
  • Optimiser les URLs et tags SEO : meta title, meta description, H1 – Au lieu d’optimiser les tags de vos pages catégorie et produit à la main sur un catalogue de milliers de produits, SFCC appelle les données renseignées dans les champs dédiés pour les optimiser dynamiquement
  • Définir la catégorie principale dans le cas où le produit se retrouve dans plusieurs (ex : « Nouveautés » et « Pulls ») – Dans le but de n’avoir qu’une seule et unique URL

Pour les sites multilingues et multi-pays, il est possible d’avoir un catalogue par localisation permettant de gérer les produits spécifiques à chaque marché. Il est à l’inverse également possible d’avoir un catalogue commun.

Contenus

Vos pages de contenu peuvent aussi être contribuées sur Salesforce qu’il s’agisse du blog, de vos pages « compte client » ou votre page contact.

Ces pages de contenu fonctionnent légèrement différemment du catalogue produit. Elles sont toutes stockées dans une librairie en tant que « Folder », dans lesquels sont stockés des « Content Assets ». Pour faire simple, le Content Folder correspond à la page de contenu et les Content Assets correspondent aux éléments que nous retrouverons sur cette page.
Exemple avec le Content Folder « FAQ » de Petit Bateau, dans le back-office Salesforce nous y retrouvons bien cette hiérarchisation.

Content Folder :

Dans lesquels nous retrouvons les Content Assets :

L’utilisateur retrouve également la même hiérarchisation sur le site, dont les Content Assets sous le H1 « Foire aux Questions » :

Store locator

Vos fiches magasins peuvent également être contribuées sur Salesforce Commerce Cloud, ce qui leur permet de bénéficier des règles dynamiques en termes d’URLs, meta titles, meta descriptions, H1, ainsi que du socle technique du Core Model.

Le Core Model : une solution adaptée à des boutiques en ligne multilingues / multi-pays


Qu’est-ce que le Core Model Salesforce B2C Commerce ? Concrètement c’est le socle de votre boutique en ligne. La plupart des boutiques multi-marques ou multi-pays optimisent un Core Model en y apportant les développements et les configurations nécessaires (notamment SEO) sur une base, pouvant ensuite le décliner aux autres versions (autre marque ou autre langue) à moindre coût en réalisant d’énormes économies d’échelle – Une des forces principales du CMS Salesforce B2C Commerce.

Par exemple, pour le projet Petit Bateau toutes les recommandations SEO sont implémentées sur le Core Model une seule fois, mais déclinées aux 7 localisations de la marque – 7 sites, mais une seule implémentation.

A l’inverse, cela ne nous empêche pas d’intégrer des recommandations spécifiques à une marque d’un groupe multimarques, ou à une version linguistique d’un site ; qu’il s’agisse d’une simple configuration dans le Business Manager (back-office Salesforce Commerce Cloud) ou d’un développement custom.

Trois instances : Développement, Staging, Production

Les sites SFCC se déclinent tous en trois instances qui ont chacune un rôle à jouer dans la réussite de votre projet :

  • Développement (ou UAT) – L’instance où sont réalisés les développements et les tests de configuration, pour ne prendre aucun risque.
  • Production – L’environnement en ligne.
    Les recommandations SEO ne sont jamais implémentées directement sur l’environnement de Production, mais bien sur Staging puis répliquées vers Production grâce à la section « Administration ».

  • Staging – L’instance centrale. Une fois les tests validés sur Développement, l’implémentation est réalisée sur Staging, puis répliquée vers Production pour la mise en ligne.
    Lorsqu’il s’agit de configuration depuis le Business manager (ex : optimisation du fichier robots.txt), il est possible de le faire directement sur Staging sans passer par la phase de test sur l’instance de développement.

Le module « Administration » du Business Manager : exportez et importez vos configurations en XML

La gestion d’une boutique e-commerce avec des milliers voire des millions de produits à maintenir est souvent perçue comme fastidieuse :

  • « Comment faire en sorte d’optimiser mes fiches produits sans y passer des semaines ? »
  • « La nouvelle collection arrive dans 2 mois, le temps que j’optimise toutes mes pages produits, elles ne seront déjà plus en ligne »

C’est là que l’export / import de la section « Administration » entre en jeu. Grâce à ce module, il est possible de modifier en masse des données pour des milliers de pages.

Nous parlons d’export / import et non l’inverse, le sens a son importance. Pour apporter des modifications en masse dans votre catalogue, voici les étapes à suivre :

  1. Exporter les données existantes en XML depuis la section Administration
  2. Modifier en masse les données nécessaires à l’implémentation de la recommandation SEO
  3. Réimporter ce fichier .zip dans Administration

Par exemple, vous souhaitez ajouter certains de vos produits dans votre fichier sitemap.xml, mais pas 100% de vos produits. Or, le module « Sitemaps » ne vous permet que de cocher ou non la case « Sitemap included » ; donc soit n’ajouter aucune fiche produit au fichier, soit toutes les ajouter.

Le fait d’exporter en XML votre sitemap existant vous permettra de modifier l’attribut « Sitemap Included » en « YES » or « NO » en masse – Ensuite, réimporter et tester sur Staging avant de répliquer vers Production pour que les changements soient effectifs.

Cet export / import XML est également très pratique pour une refonte de navigation ou une migration depuis un autre CMS vers Salesforce Commerce Cloud, notamment dans le management des redirections.

Migration vers Salesforce B2C Commerce : une première étape cruciale dans votre expérience sur le CMS

La migration vers SFCC est la première étape d’une expérience et peut-être la plus importante ; il est donc crucial de se faire accompagner par des experts SEO x Salesforce Commerce Cloud. La mauvaise réalisation de la migration peut avoir un impact négatif sur votre visibilité SEO et donc votre chiffre d’affaires.

Salesforce vous met un Core Model à disposition qui est rarement suffisant pour viser une amélioration de votre visibilité SEO, il faut donc l’enrichir de spécifications SEO nécessitant parfois du développement.

Un CMS en constante évolution

Site Genesis vs. SFRA

Site Genesis est l‘ancienne version du Core Model que Salesforce a fait évoluer avec de nouvelles spécificités en termes de SEO, UX et architecture avec l’arrivée de SFRA (Storefront Reference Architecture), en basant cette nouvelle structure sur le mobile.

Page Meta Tag Rules

Le module des Page Meta Tag Rules est arrivé quasiment en même temps que SFRA, mais il est également possible de l’ajouter aux sites sous Site Genesis moyennant un peu de développement.

Il permet d’optimiser les meta tags par typologie de page, donc en masse. Il est également possible d’y ajouter des spécificités particulières pour chaque page.

Voici le type de tags couverts par les Page Meta Tag Rules :

  • Meta Title
  • Meta Description
  • Meta Robots

Le module est composé de la sorte :

Quelles sont les étapes à suivre pour optimiser les metadatas de vos pages sur des milliers de pages ?

  1. Créer les Meta Tag Definitions
  • Insérer une règle pour chaque typologie de page et chaque type de meta que vous souhaitez optimiser, respectant les pré-requis SFCC

Les attributs que nous voyons ci-dessus doivent être correctement contribués en amont, sinon aucune donnée ne remontera et vos meta tags ne seront pas optimisés.


Il est possible de personnaliser les meta tags de vos pages filtrées en ajoutant une règle spécifique, de cette manière et à l’instar de Pacific Pêche :

Un excellent moyen si vous avez détecté des opportunités sémantiques liées à votre gestion des filtres et que vous souhaitez rebondir dessus.

Pour cela, il faut avant tout que vos Category Search Refinements (cf. URL Rules) soient configurés. C’est à cet emplacement que vous avez la possibilité d’y ajouter des types de filtres (ex : couleur, taille etc.) ainsi que des valeurs de filtres (ex : bleu, noir, rouge etc.).

  • Ajouter une localisation à la règle à la place du « Default ». Très pratique lorsque nous souhaitons ajouter des constantes dans chaque langue (ex : ajouter « vêtement » pour le site FR ou « ropa » pour le site ES).
  • Assigner la règle à un catalogue et à vos catégories, contenus ou produits

Exploitation des logs

Pendant longtemps au niveau SEO, ce qui a manqué à Salesforce B2C Commerce était l’accès aux logs serveurs.

Salesforce a fait un premier pas en donnant un accès aux logs serveurs heure par heure, nous permettant donc de les analyser les passages des bots des moteurs de recherche sur votre site.

Ces logs sont disponibles dans la section Administration.

Comment optimiser votre SEO sur SFCC ?

Mettre en place une stratégie SEO sur SFCC nécessite une excellente connaissance de la plateforme.

Voici les étapes à suivre :

  1. Analyser l’existant via un audit

Réaliser un audit technique / onsite et de concurrence est toujours une excellente base de départ. Cela nous permet de faire un état des lieux du site et identifier des axes d’amélioration.

C’est également l’occasion de faire une photographie à temps 0 de vos positions sur les moteurs de recherche et détecter de nouvelles opportunités.

  • Effectuer une recherche de mots-clés

Une étude de mots-clés va nous aider à déterminer si le positionnement actuel est bon et identifier les sujets à couvrir selon l’intention de recherche de l’utilisateur, pour chaque thématique donnée.

Par exemple, autour de la thématique « pulls » nous aurons sûrement des opportunités sémantiques autour de :

  • Genre – « pull femme »
  • Variations produits – Ex : couleur – « Pull femme rouge »
  • Textile – « Quelle matière choisir pour un pull ? »
  • Entretien – « Comment entretenir pull cachemire ? »
  • Prix – « pull femme pas cher »
  • Comparatif – « Meilleur pull en cachemire pour femme »
  • Marque – « Pull marinière femme Petit Bateau »

Dans les requêtes ci-dessus vous aurez identifié des intentions de recherche différentes : transactionnelle, navigationnelle, informationnelle ou commerciale.

  • S’assurer que les données Catalog remontent correctement

Un des éléments essentiels que nous évoquions en début d’article : la remontée de données est cruciale pour la bonne optimisation SEO. C’est là qu’interviennent votre équipe de contribution et votre PIM. Plus votre catalogue sera agrémenté de données, plus nous aurons de possibilités en termes d’optimisations SEO.

  • Rédiger des specs SEO précises

Nous le disions précédemment, le Core Model est une bonne base mais pas excellente ; si vous souhaitez aller chercher de nouvelles positions vous aurez besoin d’ajouter des spécifications précises.

Nous rédigeons ces spécifications sous la forme d’un cahier des charges à destination des développeurs, en y apportant le plus de précisions possibles.

Cette étape permet de faire la distinction entre un consultant SEO qui ne connaît pas la solution et un consultant SEO expert SFCC. Certaines recommandations ne sont pas possibles à implémenter sur SFCC ou alors seulement d’une manière bien spécifique : soit il s’agit d’une recommandation déjà disponible via le Core Model donc native, soit cela nécessite une configuration dans le Business Manager ou un développement custom.

  • Découper ces specs entre : natif SFCC vs. développement custom

La rédaction de ces specs ne doit pas être générique, nous devons entrer dans le détail pour accompagner au mieux les développeurs et économiser votre budget alloué aux développements SEO.

Par exemple, si vous souhaitez insérer des meta noindex sur certaines pages pour éviter leur indexation, voici la distinction entre une recommandation générique et un cahier des charges précis :

  • Générique : « insérer des meta noindex sur les pages filtrées »
  • Cahier des charges précis :
    «  Insérer des meta noindex sur les pages filtrées, identifiées par un paramètre « ?prefn1 » dans l’URL si elle n’est pas réécrite, ou contenant une constante « /f/ » si elle est réécrite.
    Créer la règle suivante dans les Page Meta Tag Rules :

${IF OriginalRequestURL CONTAINS Constant(‘/f/’) THEN Constant(‘noindex,nofollow)}${IF OriginalRequestURL CONTAINS Constant(‘prefn’) THEN Constant(‘noindex,nofollow’)}

  • Configurer le module SEO de votre Business Manager
    • Maîtriser son indexation avec le robot.txt

Le fichier robots.txt est configurable à la main sans développement supplémentaire. Salesforce fournit une base de directives à mettre en place mais vous pouvez tout à fait la personnaliser.
Ce module est notamment essentiel pour éviter que les moteurs de recherche ne crawlent des combinaisons d’URLs filtrées infinies.

Pour modifier le robots.txt de l’environnement de Production il n’y a pas besoin de réplication, la modification peut se faire à la main.

  • Définir des règles d’URLs

Vous avez la possibilité de générer vos URLs grâce au module URL rules dynamiquement et par typologie de page : catalog (pages catégorie et produit), content, pipelines.

Il s’agit ici d’appeler des champs correctement remplis dans votre catalogue pour les afficher dynamiquement dans vos URLs.

Pour être sûr de la configuration, l’outil « Rule Preview » en bas de cette capture d’écran vous permet de prévisualiser le résultat de vos règles.

Dans ce module, vous avez aussi la possibilité de configurer d’autres paramètres :

  • Ajout ou retrait d’un « / » en fin d’URL (trailing slash)
  • Remplacement des caractère spéciaux (ex : « ê » remplacé par « e »)
  • Choisir de réécrire certaines URLs filtrées plutôt que laisser des paramètres ‘?prefn’
  • Configurer les séparateurs d’URLs (ex : utilisation de « + » pour séparer deux valeurs d’un même filtre. Ex : ‘/bleu+noir’)
  • Définir l’ordre d’affichage des filtres dans l’URL :
    1) Couleur
    2) Genre

3) Taille

  • Définir des constantes (ex : ‘/filtre/’ pour afficher les filtres)

    • Redirections

Il existe 3 modules pour mettre en place des redirections : URL Redirects, Static Mapping et Dynamic Mapping ; tous ont leurs particularités et un rôle différent à jouer.

Ils ont aussi un ordre de priorité dans le cas où une URL est concernée par plusieurs règles provenant des 3 modules de redirections.

  1. URL Redirects

Le module de redirection le plus puissant. Les redirections de ce module prennent toujours le pas sur les règles du Static ou du Dynamic Mapping.

Si une de vos redirections Static ou Dynamic ne fonctionne pas comme prévu, c’est peut-être à cause de l’existence d’une redirection dans le module URL Redirect.

Le module nous permet de rediriger des URLs, des ID, de préserver les paramètres UTM et de les réaliser à la main une par une ou en masse via un import XML.

  1. Static Mapping

Le Static Mapping est utilisé généralement lors de migrations vers SFCC et est le deuxième module prioritaire concernant les redirections.

La règle de gestion est la suivante :

ParamètreDéfinition
Legacy URLURL source à rediriger vers SFCC
[i]Indique que la règle est case sensitive : chaque majuscule a son importance
PPipeline
<locale>Renseigne la locale lorsqu’un site a plusieurs langues (ex : BE FR et BE NL).
<parameter name>,<parameter value>Redirige vers une URL filtrée

Nous redirigeons des URLs vers des ID SFCC et non vers d’autres URLs comme dans un fichier .htaccess classique.

L’utilisation de wildcards est possible, par exemple l’ajout de « ** » en fin de legacy URL redirigera toute une série d’URLs comprenant le même path.

Par exemple /azerty/qwerty** redirigera les URLs suivantes :

  • /azerty/qwerty/123/
  • /azerty/qwerty/456/

L’ordre a également son importance dans ce module : la redirection prioritaire est celle placée au-dessus.

  1. Dynamic Mapping

Le Dynamic Mapping est le module le moins puissant, il permet donc de façonner des règles de redirection génériques pour s’assurer de n’oublier aucune URL source.

Conseil pour gagner du temps dans la réalisation d’un plan de redirection : scraper les ID de vos pages en extrayant le XPATH puis en crawlant votre environnement Staging :

De cette manière vous obtiendrez l’ensemble de vos ID et une table de correspondance avec vos URLs, ce qui vous simplifiera la tâche pour tester vos redirections.

  • Détecter les potentielles erreurs de contribution et/ou configuration avec l’URL Request Analyzer

L’URL Request Analyzer est un excellent outil pour comprendre le comportement SFCC d’une URL donnée lorsque cette dernière ne fonctionne pas comme nous le souhaitons (ex : génération d’une redirection 302 au lieu d’un affichage en code 200).

Il permet notamment de détecter les éventuelles règles historiques pouvant bloquer nos nouvelles configurations.

Seul bémol : l’outil n’est pas utilisable en masse sur un listing d’URLs.

  • Générer un sitemap XML

Dans le module Sitemaps vous pouvez générer un sitemap index et y intégrer les éléments que vous souhaitez : produits, images, catégories, contents, folders, pipelines et sitemaps custom.

Vous pouvez compartimenter ces éléments dans des fichiers distincts ou les rassembler dans un seul et même fichier.

Dans ce module, vous pouvez également configurer les éléments suivants :

  • Fréquence de rafraîchissement
  • Niveau de priorité
  • Les types de produits à insérer (en stock, sans stock etc.)

L’ajout d’un sitemap custom peut être très pratique pour insérer vos pages catégorie filtrées importantes, par contre il faudra le rafraichir à la main régulièrement.

L’optimisation du temps de chargement sur SFCC

Salesforce est un CMS avec un temps de chargement rapide de base, notamment grâce à son module interne DIS qui permet d’optimiser les images produit.

En revanche pour y ajouter des optimisations spécifiques notamment pour les Core Web Vitals, il faut passer par du développement.

Quelles sont les limites SEO de Salesforce B2C Commerce ?

Comme tout CMS, SFCC présente ses limites en termes d’optimisation SEO mais qui ne sont pas infranchissables.

Les limites de SFCC :

  • Absence d’un fichier .htaccess
  • Exploitation des logs serveurs compliquée
  • Besoin d’un budget supplémentaire pour assurer le développement de certaines implémentations SEO comme par exemple les microdonnées schema.org
  • Peu de documentation sur la solution
  • Absence de plugins comme ce que nous pouvons voir chez d’autres CMS

Partage d’expérience – Comment Eskimoz accompagne Petit Bateau dans sa stratégie SEO ? Interview de Jonathan Boudault, Traffic & Acquisition Manager.

Quels sont les grands axes de développement SEO pour Petit Bateau ?

Petit Bateau évolue dans un univers très concurrentiel, pour améliorer notre visibilité naturelle nous pilotons notre stratégie autour de 3 axes : La technique, la sémantique, les backlinks. Notre site est en constante évolution, nous améliorons sans cesse l’UX et le parcours d’achat, le SEO doit donc être réfléchi en parallèle pour s’assurer que ces évolutions respectent les normes dictées par les moteurs de recherche.

Comme de nombreux retailers, nous renouvelons nos collections deux fois par an, notre SEO, sur plan technique et sémantique doit également être adapté à ces changements réguliers.

Optimisation technique / Optimisation sémantique / Optimisation

Salesforce est souvent critiqué pour son manque de flexibilité en termes d’implémentations SEO, partagez-vous cet avis ?

Comme la plupart des CMS, si nous n’installons aucun plugin ou ne réalisons aucun développement spécifique, l’optimisation SEO est souvent très difficile voire impossible.

Si nous sommes accompagnés par des partenaires bénéficiant d’une réelle expertise à la fois en SEO et à la fois sur Salesforce alors dès le début nous réalisons ces développements spécifiques qui nous permettent d’optimiser chacune de nos pages.

Salesforce met constamment à la disposition des annonceurs de nouveaux outils, comme notamment Page Designer. Cet outil est utilisé par plusieurs équipes chez Petit Bateau. Tout d’abord par l’animation pour l’aider à concevoir en toute autonomie des pages e-commerce sans passer par des intégrateurs, il suffit d’utiliser des widgets et d’ajouter des éléments en Drag and Drop. Ensuite par l’équipe SEO qui peut désormais en tout simplicité concevoir des pages SEO profondes qui serviront notamment à optimiser le maillage interne du site.

Quel bilan SEO tirez-vous depuis votre passage sur Salesforce en 2018 ?

Comme dans toute migration, nous avons perdu quelques positions lors de notre lancement sur SFCC en 2018. Nous étions bien accompagnés, nous avons retrouvé notre visibilité après quelques semaines. Depuis nous gagnons constamment des positions sur les mots-clés que nous ciblons. Plus nous avançons et plus nous allons chercher des mots-clés où la concurrence est élevée.

Notre objectif est d’apparaître ou de rester dans le TOP 5 sur la vingtaine de mots-clés que nous ciblons.

Comment Eskimoz vous accompagne dans votre croissance ?

Eskimoz nous accompagne sur les deux piliers principaux, la technique et la sémantique. L’équipe bénéficie d’une solide expérience sur SFCC.

Avec l’aide d’Eskimoz nous nous assurons que notre code respecte les normes SEO (optimisation du temps de chargement des pages/images, optimisation et redirection d’URLs, gestion des 404, optimisation des images, du maillage interne, création de contenus, gestion des sitemaps et de la Search Console.

Eskimoz nous accompagne à la fois sur les quick-wins que sur la stratégie à long terme.

Faites-vous accompagner par des experts SEO x SFCC

Il est crucial de vous faire accompagner par des experts SEO x SFCC. De nombreuses agences ne connaissant pas SFCC proposent des recommandations certes pertinentes, mais impossibles à mettre en place via Salesforce.

Vous gagnerez un temps considérable en choisissant Eskimoz pour vous accompagner dans votre stratégie SEO car nous connaissons parfaitement Salesforce B2C Commerce et sommes capables d’implémenter nos propres recommandations dans le Business Manager ; ce qui soulagera vos équipes.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez laisser un commentaire ou nous suivre sur Facebook ou nous suivre sur Twitter.

Cet article a été posté dans Référencement naturel et taggué . Ajoutez le lien permanent à vos favoris.

Vous souhaitez en savoir plus sur la mise en place d’une stratégie SEO ?

N'hésitez pas à nous contacter dès à présent !

0 réponses pour "SEO sur Salesforce Commerce Cloud (B2C Commerce) : tirez le meilleur de votre CMS"